84, Charing Cross Road

Lettres à la librairie Mark & Co.

84 Charing Cross RoadHelene Hanff
Éditions Autrement
114 pages

coupdecoeur.gif

Résumé:

"Par un beau jour d'octobre 1949, Helene Hanff s'adresse depuis New York à la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, Miss Hanff réclame à Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s'écrivent toujours et la familiarité a laissé place à l'intime, presque à l'amour. Drôle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une délicatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies. Livre inattendu et jamais traduit, 84, Charing Cross Road fait l'objet, depuis les années 1970, d'un véritable culte des deux côtés de l'Atlantique."

Mon commentaire:

84, Charing Cross Road m'a été suggéré par plusieurs personnes, toujours avec le même enthousiasme. C'est donc avec beaucoup d'attente que j'ai lu ce livre, une sorte de recueil de correspondances entre Helene Hanff habitant aux États-Unis et une librairie Londonienne. On s'attache à tout le groupe de la librairie (d'où le 84, Charing Cross Road). C'est un livre rafraîchissant, intéressant, qui se passe pendant la guerre. Helene et ses correspondants échangeront plusieurs petits cadeaux au cours de leur correspondance. C'est avec plaisir qu'on découvre la vie de chacun à travers ces lettres. J'ai voulu lire ce livre tranquillement, en prenant des pauses durant la lecture, pour étirer et savourer ce livre le plus longtemps possible. Livre qui est malheureusement un peu trop court à mon goût! On en voudrait beaucoup plus! Parfois émouvantes, parfois amusantes, les lettres qui compose le livre sont un vrai régal. Bref, un petit bijou pour tous ceux qui aiment les livres et la forme littéraire d'une correspondance.

Quelques extraits:

"...j'en suis réduite à écrire des notres interminables dans les marges de livres qui ne sont même pas à moi mais à la bibliothèque. Un jour ou l'autre ils s'apercevront que c'est moi qui ai fait le coup et ils me retireront ma carte." p.16

"Envoyez-moi aussi l'Anthologie d'Oxford de la poésie anglaise, s'il vous plaît. Ne vous soucier jamais de savoir si j'ai trouvé quelque chose ailleurs. Je ne chercher plus ailleurs. Pourquoi irais-je courir jusqu'à la 17e Rue pour acheter des livres crasseux et mal fichus quand je peux en acheter chez vous des tout beaux tout propres sans même quitter ma machine à écrire? Londres est bien plus près de mon bureau que la 17e Rue." p.23

"Le Newman est arrivé il y a presque une semaine et je commence à peine à m'en remettre. Je le garde sur mon bureau auprès de moi, toute la journée, et de temps en temps j'arrête de taper à la machine pour allonger la mains vers lui et le toucher. Pas parce que c'est une édition originale, mais juste parce que je n'ai jamais vu un livre aussi beau. Je me sens vaguement coupable d'en être le propriétaire. Un livre comme ça, avec sa reliure en cuir luisant, ses titres dorés au fer, ses caractères superbes, serait à sa place dans la bibliothèque lambrissée de pin d'un manoir anglais; on ne devrait le lire qu'assis dans un élégant fauteuil en cuir, au coin du feu - pas sur un divan d'occasion dans un petit studio minable donnant sur la rue et situé dans un immeuble en grès brun délabré." p.25

"Je me souviens, il y a des années, un type que je connaissais m'a dit que les gens qui vont en Angleterre y trouvent exactement ce qu'ils sont venus y chercher. Je lui ai dit que j'irai y chercher l'Angleterre de la littérature anglaise, il a hoché la tête et il a dit: "Elle y est bien"." p.105

Commentaires (2)

1. amiedeplume 2012-07-05

Un coup de coeur pour moi aussi!

2. allie_ (site web) 2012-07-06

@amiedeplume: C'est tellement un livre parfait pour ceux qui aiment... les livres!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 2012-06-19